Karaté se traduit littéralement par « L’art de la main vide » ou encore « L’art de défense sans arme »
Le karaté, tel qu’il se pratique aujourd’hui, apparaît comme le résultat d’une synthèse, conçue au 18ème siècle, entre l’art du TE (nom original de l’art de combat à main nue pratiqué à Okinawa), les arts chinois de la boxe du temple de Shaolin et d’autres styles originaires du sud de la chine. Il ne s’agit donc pas, à proprement parler, de la création d’un seul individu. Le karaté comprendrait divers styles pami lesquels quatre semblent sortir du lot, à savoir :

•Le Shotokan (technique du maître Gichin Funakoshi) qui est un des styles les plus pratiqués dans le monde du fait de son ancienneté ;
•Le Shito-Ryu = (technique du maître Kenwa Mabudi)
•Le Goju-Ryu = (technique du maître Chojun Miyagi)
•Le Wado-ryu = (technique du maître Hiromi Ots

Le karaté permet d’apprendre à n’importe quel être humain, aussi timoré et malhabile soit-il, à se découvrir progressivement, à développer ses facultés physiques et psychologiques, à les maîtriser et à atteindre un épanouissement que peuvent rarement donner d’autres disciplines.
Le travail d’un karatéka consistera à apprendre à se servir de n’importe quelle partie de son corps comme arme potentiellement mortelle, ou comme d’une arme défensive. Pour ce faire, il sera fait appel aux mains, aux pieds, aux coudes, aux genoux, … l’ensemble des combinaisons possibles fait du karaté un art martial au nombre impressionnant de possibilités.

La pratique du karaté développe la coordination et l’habilité et procure à tout le monde, jeunes et vieux, hommes et femmes, une excellente condition physique.  L’entraînement mental est également d’une importance capitale afin de ne pas chercher le combat. Dans la vie, comme dans la compétition, le calme, l’aplomb, l’intensité d’un regard doivent être les garanties de la détermination. Que le combat soit réel ou amical, l’absence de peur (peur d’avoir mal ou d’échouer) sera ressentie et influencera nécessairement sur l’issue de l’affrontement.

Le karaté vraiment supérieur est alors utilisé non seulement au dojo pour maîtriser son adversaire mais aussi à la maison pour organiser rationnellement loisirs et tâches diverses, en affaire pour mener efficacement une discussion, en commerce, pour conclure adroitement un marché, …
On retrouve au karaté, comme dans d’autres arts martiaux, des différents grades (9 kyu et des dan à partir de la ceinture noire) qui symbolise l’évolution et le niveau du pratiquant.
Les katas, qui sont des suites de positions, de mouvements, des coups et des parades liés ensembles par des actions plus complexes (pivotement, esquives, mouvements simultanés d’attaques et de défenses, blocages, …).
Les katas présents dans beaucoup d’arts martiaux représentent en quelque sorte l’âme de l’art martial.
Le but de l’entraînement est d’apprendre au corps et à l’esprit à se dominer grâce à une suite de techniques. Les entraînements réguliers, les exercices (kihon) innombrables, les agressions répétitives trempent peu à peu le tempérament du karatéka et finissent par lui faire acquérir assurance et maîtrise dans les situations les plus délicates.
Mais cela demande tout de même du temps et des sacrifices. L’initiation au combat ne vient qu’en second lieu, quand l’apprentissage des techniques est terminé avec succès.
Il faut savoir que le karatéka doit être à même de pouvoir retenir au dernier moment des coups qui pourraient avoir des conséquences dangereuses pour l’adversaire. Parce que les attaquent doivent être contrôlées, le karaté compétitif développe non seulement la force, la vitesse et le courage mais surtout la maîtrise de soi et le respect de l’adversaire.
En compétition, les arbitres jugent donc la valeur des attaques et des coups pour désigner le vainqueur. Ajoutons que le karaté qui est au départ est un art martial, est devenu également un sport de défense.

Un sport dangereux ?
Certainement pas puisqu’il s’agit d’une discipline conventionnelle très réglementée, faisant l’objet d’une grande vigilance de la part des formateurs. Contrairement à ce qu’il semble donc à première vue, le karaté ne développe pas le sens belliqueux, mais enseigne la mesure, l’humilité, le respect de la vie.
L’image de marque du karaté s’est étendue au point que les filles, les vieux, les enfants n’hésitent pas à se lancer dans cette discipline spectaculaire.

Horaires

  • Lundi – 17.00 – 18.00
  • Mercredi – 15.00 – 16.00
  • Samedi – 09.00 – 10.00

Direction technique et Instruction : Jeannot MULOLO | Assisté par Jonathan et Ophélie MULOLO

LES COURS DE KARATÈ